Histoire et Généalogie, titre paroles
Histoire et Généalogie, Paroles de Saint-Lageois
Histoire et Généalogie, Christian Chambaud

 






 
     Ecoutez... 

     Saint-Lager de 1940 à 1970, période charnière du XXème siècle. Histoire vécue par ceux qui la raconte. Histoire vraie.
     Huit années de travail entre la première interview et la remise de l'ouvrage aux futurs lecteurs qui, n'en doutons pas l'apprécieront. Car l'équipe conduite par Georges Large, Geo pour les intimes, ne s'est jamais découragée. Ils étaient peu nombreux à susciter et à recueillir les témoignages des Saint-Lageois. Ils peuvent être fiers du fruit de leur labeur. Et il faut rendre un hommage particulier à Daniel Perrier pour la composition et la mise en page de l'ouvrage. A Annie dunoyer et Geo Large pour la mise en forme et le relecture.
     Bravo encore, et que cet exemple soit suivi dans les autres communes du canton, objets d'études de l'association Histoire & Généalogie.
                                                                      Christian Chambaud, président de "Histoire et Généalogie".
SOMMAIRE                Ecoutez... 
 
 Au pays des Brouilly

Patrimoine local

     La guerre 1939 - 1945

     Vie communale

     Agriculture et viticulture

     Vie paroissiale

     Commerce et artisanat

    Cycles et automobiles

                                                         Eléments déstabilisateurs

     Conclusion

     Table des matières
x
page 5

page 9

page 30

page 67

page 179

page 211

page 239

page 275

page 291

page 307

page 316
Histoire et Généalogie, Large



























 




















 
         
     Ecoutez... 

     Dans un monde où l’altruisme, la loyauté, la bienveillance à l’égard du prochain sont en passe de disparaître, considérera-t-on bientôt l’intérêt pour les générations passées comme un concept aussi désuet que le sont aujourd’hui pour beaucoup, la charité, la pudeur, la fidélité à ses engagements, la modestie, le respect ?
     Ou bien au contraire chacun se rendra-t-il compte qu’une génération doit beaucoup à la précédente, et verra-t-on l’intérêt de l’une pour l’autre - et pour toutes les autres – devenir la réalité de demain ?
En ce temps de paillettes et d’images, des diktats de la mode, et de l’apparence, de l’omniprésence des people dans la presse et sur nos écrans, où l’on tente de persuader la jeunesse que pour être il  faut avoir, il n’est pas inopportun que nous fassions ressurgir des images en noir et blanc d’une époque pourtant toute proche, mais presque délibérément oubliée, celle qu’ont vécue nos anciens entre les années 1940 et 1970.
     Si jeunesse pouvait trouver ici un moment l’illusion d’un ralentissement du tourbillon dans lequel elle se trouve actuellement plongée en se laissant aller à quelques comparaisons réconfortantes ou non, l’ouvrage aurait presque atteint son but…
     En effet, faire effort de connaître le passé, c’est vouloir prendre du recul sur le sens de sa vie pour mieux l’évaluer, parvenir à la réflexion apaisante dans laquelle chacun peut se reconstruire en recherchant les bonnes questions à se poser.
     Puisse donc, selon la formule connue, la lumière du passé, éclairer l’obscurité de l’avenir !
Nous appuyant sur ce souhait, prenons conscience aussi qu’on n’a jamais élaboré le futur en négligeant le passé, et qu’il est vain d’étudier l’histoire, si on se borne à la répéter…
     Ainsi, afin de ne pas mourir étouffés sous le poids de nos masques, de nos rassurantes certitudes et souvent de nos jugements partisans en perdant complètement le souvenir de ce qu’ont vécu les anciens, il y a cinquante ou soixante ans, il faut s’imprégner de ces témoignages et images en observant l’attitude bienveillante que revendiquent leurs auteurs lorsqu’il s’agit d’évoquer leur vie passée, souvent rugueuse, sinon douloureuse.
     Pour autant, cet ouvrage ne prétend pas, à lui seul résumer l’univers d’un petit village Beaujolais des années cinquante. Il nous aurait fallu encore bien du temps pour être exhaustifs.
     On abordera donc ce livre comme une sorte d’album de famille collectif procédant par flash qui fait momentanément ressurgir personnages, scènes de la vie courante, bons et mauvais souvenirs pour quelques deux ou trois générations dont l’extinction est pratiquement réalisée.
     Ces petits écrits et photos reflètent les vibrations de l’âme de leurs auteurs, leurs expériences joyeuses, leurs espérances trahies ou déçues à des instants charnières qui ont structuré leurs consciences, leurs modes de vie et même nos institutions.
     Il faut évoquer ici la deuxième guerre mondiale 1939 - 1945, l’accès à l’indépendance de l’Algérie de 1954 à 1962, ainsi que les remises en cause et les agitations sociales de 1968.
     Au plan local, la fin de ces événements marque aussi les débuts d’un temps nouveau qui va voir l’enrichissement  des vignerons grâce à la prospérité indéniable qu’aura connu le vignoble Beaujolais durant les vingt ans qui les ont suivis.
     Il ne sera pas question de cela ici puisque les contours de notre étude s’inscrivent volontairement bien avant, entre les années 1940 et 1970, en relation ou non d’ailleurs, avec les aspects historiques retenus plus haut.


                                                        Georges Large
                                                                                                           

     " Ceux qui ne se souviennent pas du passé, sont codamnés à le revivre"

                                                                                                                                                                      
Histoire et Généalogie, Buschsenschutz


















 
     Ecoutez...     

     Saluons la sympathique idée d'un livre sur Saint-Lager à la lumière des témoignages de Saint-Lageois !
 
     Chacun y découvrira de l'intérêt, les anciens qui retrouveront des souvenirs d'un temps pas si lointain, les plus jeunes qui pourront se rendre compte de ce que c'était et de l'évolution de la vie.
 
     Partant du patrimoine historique de Saint-Lager, cet ouvrage brosse un éventail assez complet de tous les éléments et événements qui façonnent un village : les témoignages avec leurs anecdotes, parfois douloureuses ou drôles, les polissonneries et leurs conséquences rendent la forme vivante. Comme l'exprime Georges Large, c'est effectivement «une sorte d'album de famille collectif» sur une tranche de vie importante parce qu'encore proche de nous.
 
     La mémoire et la connaissance du passé sont choses utiles et nécessaires, peut-être encore plus en cette période charnière que nous vivons, pour nous faire comprendre que chacun de nous n'est que le maillon d'une chaîne sans fin ; c'est le socle, ce sont les racines sur lesquelles les générations suivantes peuvent s'appuyer pour construire l'avenir et je remercie pour cela les auteurs de tout ce travail accompli.


                                                         Isabelle Buschsenschutz
                                                        
Maire de Saint-Lager

                                                                                                                                                                             

Histoire et Généalogie, Fialaire



















 
     Ecoutez... 

     « Un vieillard qui s’éteint, c’est une bibliothèque qui brûle » dit le proverbe africain. Aussi lorsque nos ainés sont encore assez jeunes pour raconter leurs souvenirs, ils permettent à la mémoire collective de garder les évènements, même anodins, qui constituent notre Histoire. Car l’Histoire avec un grand « H » n’est que la compilation de ces petites histoires.
 
     Le travail entrepris par Georges Large et toutes celles et ceux qu’il a réussi à engager dans cette aventure est remarquable. Il participe à l’écriture de la « nouvelle Histoire », celle qui restitue les faits et gestes quotidiens de ceux qui nous ont précédés.
 
     C’est un travail de mémoire salutaire pour comprendre un peu mieux d’où nous venons, qui nous sommes et aussi où nous allons. Les Saint Lageois, ainsi que leurs voisins du Beaujolais, ont la chance de retrouver ces histoires communales auxquelles l’association Histoire et Généalogie s’intéresse depuis des années.
 
     Je suis sûr que vous prendrez beaucoup de plaisir à lire ce livre, découvrir des anecdotes et que vous vous associerez à moi pour dire un grand merci à tous les auteurs et à Georges Large pour cette belle réalisation.

                                                        Bernard Fialaire
                                                        Vice président du Conseil Général du Rhône
                                                        Président de la Communauté de Communes Beaujolais Val de Saône.
     

                                                        Maire de Belleville
                                                                                                               
Histoire et Généalogie, Perrut



































 
     Ecoutez... 

     En publiant « Au pays des Brouilly, paroles de Saint-Lageois », Georges Large nous présente un ouvrage qui, à coup sur, ne laisse pas indifférent.
 
     Même si je dois bien reconnaître que ma première réaction fut de penser qu’un tel recueil ne s’adressait qu’aux habitants de Saint-Lager et peut-être même qu’à ceux qui, parmi eux, avaient connu et vécu les trente années d’après-guerre.
 
     Pourtant, en parcourant les 318 pages de ce remarquable album de souvenirs d’une petite communauté rurale beaujolaise, j’ai vite saisi toute la portée des propos relatés.
 
     Car nous avons tous, enfouis au cœur de nos mémoires personnelles ou familiales, une « Louise » ou un « Dédé », une 4 CV ou un « pépé », un « Saint-Lager ».
 
     « Ce sont de modestes histoires » nous dit Georges Large. Mais l’homme aurait-il jamais marché sur la lune si des générations d’hommes et de femmes n’avaient durement travaillé à la reconstruction et à l’enrichissement de notre société après deux guerres mondiales ?
 
     Et tous ceux qui, par leur labeur acharné, malgré des conditions de vie souvent rudes, ont créé cette prospérité, n’ont-ils pas, du même coup, instauré les conditions propices aux dérives matérialistes dans lesquelles nous nous complaisons que trop  aujourd’hui ?
 
     Par cette compilation de véritables morceaux de vies, Georges Large ne prétend pas répondre à ces questions. Mais son livre nous rappelle, de façon souvent amusante et toujours pittoresque que la mémoire n’est pas faite que de nostalgie. Et il confirme, sur le mode anecdotique, cette leçon de Platon :
 
     « Ce sont les hommes et non les pierres qui font la force des murs de nos cités. »                        

                                                        
Bernard Perrut
                                                         Député du Rhône,
                                                         Maire de Villefranche sur Saône.

 
Histoire et Généalogie, Paroles de Saint-lageois, équipe de rédaction.
L'équipe de rédaction.
De gauche à droite : Marc Pasquier-Desvignes, Georges Pomeret, Daniel Perrier,
Annie Dunoyer, Georges Large, André Augendre, Xavier Lacroix.
Haut de page Fleche haut
 
 
 



Créer un site
Créer un site